Trouver un magasin

En quelques secondes les détaillants SUPRA les plus proches de votre domicile.

Revendeurs excellence :
Magasin partenaire disposant d’un espace dédié aux produits Supra.
Revendeurs agrée :
Magasin partenaire disposant d'un espace produits limité.

Vous pouvez également retrouver nos produits chez :

AXTEM | BLANC BRUN | BROSSETTE | CEDEO | COFAQ | COPRA | DIGITAL | DOMIAL | EXTRA | PRO ET CIE | PROXI | PULSAT | SAMSE | UBALDI

notices & certificats

Rechercher une notice ou un certificat avec :

catalogue

//www.supra.fr/wp-content/uploads/sites/3/2016/09/couv_conso_supra_2018_bdef.jpg

Catalogue chauffage au bois

SUPRA 2018

Supra vous présente sa nouvelle collection 2018, de poêles à bois, poêles à granulés et foyers-inserts. Vous pourrez y découvrir des nouveautés dans l'air du temps qui feront leur petit effet dans votre salon. Prenez-le temps de le parcourir !

Consulter le catalogue 2018

Espace Pro

Connectez-vous à votre espace

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter !
CHOISIR SON BOIS DE CHAUFFAGE

CHOISIR SON BOIS DE CHAUFFAGE

Le 02 septembre 2016 par Flamine

troncs_herbe_flous1374073714

Vous vous demandez quels sont les combustibles les plus efficaces d’un point de vue rendement énergétique, ou qualité prix ? Il existe bien des critères pour choisir son bois de chauffage, qu’il soit naturel ou reconstitué, en fonction de l’usage que vous faites de votre poêle. Nous vous aidons dans ce dossier à faire votre choix !

Les trois groupes de bois naturels

La norme NF classe le bois énergie en trois groupes en fonction de la quantité de chaleur fournie à volume égal. Les essences du groupe 1, le plus rentable, sont ainsi le charme, le chêne, l’érable, le hêtre, le frêne et l’orme. Ces bois durs ont un pouvoir calorifique élevé du fait de leur combustion très lente.

Le groupe 2 comprend le châtaignier, le faux acacia (ou robinier) et les arbres fruitiers comme le noyer et le merisier. Avec un pouvoir calorifique moyen, ces bois se consument lentement. Ils peuvent être utilisés en conjonction avec les bois durs pour mieux alimenter ceux-ci.

Enfin, le groupe 3 est composé des autres essences feuillues : aulne, bouleau (le meilleur rendement du groupe), peuplier, saule, tilleul, platane, etc. Ces bois tendres, à pouvoir calorifique faible, ont une combustion rapide qui peut être un atout quand on veut chauffer une pièce rapidement, ou démarrer un feu de bois plus dur.

À l’achat, un volume de bois du groupe 1 ne peut pas contenir plus de 5 % d’autres essences, et un volume de bois du groupe 2 ne doit pas comprendre plus de 15 % d’essences du groupe 3.

On notera l'absence dans ce classement des bois résineux. Si ce sont des essences qui peuvent parfaitement être consommées (elles ont un pouvoir calorifique faible), elles sont rarement vendues du fait des gaz de combustion issus de la résine. Ceux-ci créent des dépôts dans les cheminées qui encrassent les conduits de cheminée et rendent la nécessité d’entretien plus fréquente. Si vous brûlez du bois de résineux, assurez-vous qu’il est bien sec et ne contient plus de résine.

Les bûches de bois compressées : une alternative ?

Ces bûches sont composées de sciures ou de copeaux de bois qu’on a densifiés ou compressés sans additif ou liant. Plus écologique, ce déchet valorisé souvent issu des scieries est en vente à des prix très variés en fonction de son conditionnement (vrac, filet, paquets emballés, etc.) et des essences utilisées. En général, on se rend compte après calculs que le bois compressé a un prix similaire au bois naturel. Il reste en revanche deux fois moins cher que l’électricité.

On peut ainsi diminuer l’espace de stockage. Autre avantage, le bois compressé produit très peu de cendres et de fumée.

Il existe des bûches compactées spécialement conçues pour la nuit, qui maintiennent la température pendant environ 6 heures. En se transformant en braises, elles permettent de relancer facilement le feu le matin.

Le stockage du bois de chauffage

Le stockage du bois est un aspect à prendre en compte car votre bois de chauffage devra rester bien sec ! En effet, seul le bois sec a un rendement important. En fonction des régions et des saisons, on considère qu’un bois sec contient moins de 15 à 20 % d’humidité.
Il faut savoir qu'un bois feuillu contenant 40 % d’humidité dégagera environ moitié moins d’énergie que le même bois entièrement sec.

L’humidité est elle aussi classée en groupes par la norme NF de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Les bois H1 contiennent moins de 20 % d’humidité, les bois H2 entre 20 et 35 % et les bois H3 plus de 35 %.

Si vous achetez vos bûches à l’avance ou que vous les coupez vous-mêmes, vous devrez vous assurer qu’elles sont bien conservées. Votre espace de stockage devra être bien ventilé et vos tas surélevés de quelques centimètres du sol (par exemple sur des palettes). Si vos bûches sont fendues, le temps de séchage pourra être divisé par deux.

Quelques conseils pour l’achat du bois

Nous vous conseillons d'acheter votre bois de chauffe avant les autres ! N’attendez pas novembre pour commander le bois qui vous servira pendant l’hiver. Les prix sont plus bas au printemps et pendant l’été, vous ferez ainsi une meilleure affaire, et le bois finira de sécher pendant les mois où vous le stockerez vous-même.

Qui plus est, le temps de séchage a un prix (puisque le vendeur doit disposer de l’espace nécessaire). Et si vous avez la place de stocker du bois, autant acheter votre bois « vert » (c’est à dire avec 60 % d’humidité ou plus) un an à l’avance et économiser à ce niveau. Attention cependant à bien faire vos calculs, car le bois vert contient plus d’eau. Il est par conséquent plus volumineux, et donc plus cher, que le bois sec.

Notez qu’il existe une norme française, la NF 332, dédiée au bois de chauffage. C’est cette norme qui classe les essences en trois groupes comme expliqué ci-dessus. Si vous achetez du bois pour votre poêle à bois, choisissez de préférence du bois NF pour éviter les déconvenues.

En choisissant votre bois, prenez le temps de l’inspecter. Frappez une bûche contre une autre et vérifiez qu’elle rende un son « sec ». Si l’écorce se détache, ne vous alarmez pas, cela arrive naturellement au séchage. Conservez ces morceaux d’écorce pour faire des allume-feu. La présence de champignons est chose courante. Ils se développent naturellement pendant le séchage et n’influent en rien sur la combustion.

Flamine ANDRADE
Flamine est responsable de la communication chez Supra. Passionnée de décoration intérieure, elle aime partager toutes ses petites astuces pour faire de votre cheminée un véritable cocon pour votre maison.Flamine ANDRADE, Responsable Communication